samedi 9 mai 2009

Coléoptères : les bijoux

L'ordre des coléoptères est celui qui compte le plus d'espèces dans la classe des insectes. On peut donc imaginer l'incroyable diversité de ces créatures. C'est pourquoi je commence aujourd'hui une série d'articles qui leur est destiné. Ces notes seront écrites en fonction d'un trait de caractère particulier qui sera précisé dans le titre.

Je vais commencer par un insecte que j'aime vraiment beaucoup. Il s'agit de la chrysomèle (Chrysomela sp.), petite bête que je n'ai vu qu'en montagne et dont j'ai pris très peu de photo, ce qui est fort regrettable.

L'animal dépasse à peine le centimètre mais il fascine par ses couleurs chatoyante. Certains individus sont plutôt vert, d'autre presque tout bleus, ... Celui-ci est plutôt bariolé. Cet insecte est plutôt courant en montagne, souvent sur les grosses feuilles d'une plante dont j'ignore le nom. souvent un peu endormi, il se laisse approcher sans problème.

Je ne connait pas du tout le nom du deuxième insecte d'aujourd'hui. Je l'ai trouvé sur un romarin lors de vacances en Provence. Fasciné par ses couleurs, je décidais sur le champs d'en prendre des photos. Hélas, l'animal se montra peu coopératif et se laissa tomber de sa branche dès que je l'approcha. Après l'avoir délicatement ramassé, je le posa sur une pierre, qui ferait faute de mieux, un bon support.

L'animal effrayé a rentré ses pattes sous sa carapace afin de ne laisser aucune prise à un éventuel prédateur. Je vous conseille de cliquer sur l'image pour apprécier les couleurs de la bête dans toute leur splendeur. On aperçoit même les reliefs des élytres (ailes solidifiées formant la carapace sur le dos de l'insecte).

Le dernier nommé de l'article d'aujourd'hui est une bestiole beaucoup plus massive que les autres sujets. Le cétoine doré (Cetonia aurata) peut atteindre deux bon centimètre de long, mais il est surtout plus costaud que les deux freluquets du dessus. Son vol bourdonnant est impressionnant (quel boucan il fait), mais il a plus de mal à décoller ou atterir.

Habituer à mâchonner les fleur plutôt que les butiner, cet insecte s'est fait de nombreux ennemis auprès des jardiniers. Franchement, je trouve qu'une merveille pareille vaut bien quelques trous dans une fleur de rose (n'est-ce-pas une rose qui a dit : "Il faut bien que je supporte deux ou trois chenilles si je veux connaître les papillons." ?). L'insecte n'est pas rare (surtout en cette saison) et il apprécie nombre de fleurs cultivées. On peut donc le trouver dans beaucoup de jardin.

Après un tel étalage de couleurs, j'imagine que vous êtes près à vous jeter dehors à la recherche de ces pierres précieuses vivantes. Si vous habitez près d'un coin de nature, il est probable que vous puissiez observer une de ces merveilles.
Bonne recherche.

A bientôt.

4 commentaires:

onedayonebird a dit…

Ton deuxième insecte bijou est également une chrysomèle. Il s'agit vraisemblablement de la Chrysomèle du romarin (appelée aussi Chrysomèle de la lavande).

Lucas a dit…

Alors comme ça c'est aussi une chrysomèle...
Ma fois, ça se tiens. La taille et les couleurs concordent.
Et je comprend d'où lui viens son nom.

Merci beaucoup de m'aider à identifier certaines bestioles, je suis loin d'être omniscient.

A bientôt.

Michelot Laurence a dit…

J'adore la première photo de cette série, les couleurs sont magnifiques :D !
Bravo Lu!

Lucas a dit…

Ça, les coléoptère sont des animaux ... hauts en couleur !
Ah ah !

Merci beaucoup pour les compliments, en tout cas.