vendredi 2 juillet 2010

Les Dents de la mare, épisode 4 : L'Abeille d'eau

Jusqu'ici, mes articles se sont limités aux Coléoptères aquatiques. Ce ne sont pourtant pas les seuls insectes à être retournés vivre dans l'eau, après un long passé terrestre. L'autre groupe important d'insectes maresques est l'ordre des Punaises. Assez bien représenté dans nos mares de campagne, il offre toute une palette de prédateurs redoutables qui n'ont rien à envier aux Dytiques.
La Notonecte glauque (Notonecta glauca) est de ceux-là.



Un beau jour de ma tendre enfance, notre moniteur CPN avait emmené mon club pêcher dans une grande mare forestière ombragée. Après quelques coups d'épuisettes timides, j'avais acquis le coup de main et plongeais maintenant sans hésitation ma main au fond de mon filet boueux (en rêvant secrètement de ramener une bestiole mutante). Vous devinez la suite ? Je tombe sur un petit insecte blanchâtre que je pose avec insouciance sur le dos de ma main pour l'examiner de plus près, et je ressent aussitôt une vive douleur comparable à une brûlure.
J'appris plus tard que la Notonecte était anciennement surnommée "abeille d'eau"...


On voit ici la taille de la bestiole en question. Rien de bien impressionnant, pas de grosse carapace luisante comme l'hydrophile, pas de forme aberrante comme la larve du dytique, mais tout de même un rostre affuté, tout près à châtier le petit naturaliste imprudent.

La notonecte est une snob. Au lieu de nager comme tout un chacun, c'est à dire plus ou moins élégamment sur le ventre, celle-ci a décidé de se retourner, se plaçant sur le dos. Collée à la surface par en dessous, elle peut aisément respirer, harponner les pauvres insectes naufragés pour s'en faire un petit quatre-heure et repérer l'épuisette sournoise brandie par un entomologiste machiavélique. La première photo représentait donc la face ventrale de l'animal.
Ce petit exposé sur la technique natatoire de la Notonecte avais pour but de vous informer mais aussi de vous faire apprécier pleinement le cliché qui va suivre. Mesdames et messieurs, voici maintenant en exclusivité la photo d'une notonecte vue de dos.



Cette photo, exceptionnelle rappelons-le, nous montre bien les belles couleurs de cette punaise aquatique. La carapace acajou est surmontée d'un triangle noir du plus bel effet. On remarque également la grande différence de taille entre les deux pattes arrière (servant à la nage) et les deux autre paires (servant à attraper des choses, proies ou support).

La notonecte est un des insecte aquatique les plus facile à observer. Il est très courant, occupant chaque petit point d'eau, voire certaines flaques temporaire. La bête peut en effet s'envoler (surtout la nuit) et aller chercher ailleurs si les têtards n'y serait pas plus vert.
Que ma mésaventure ne vous empêche pas d'aller admirer cette bestiole dans son milieu naturel, quelques précautions (parmi lesquelles des gants en kevlar ignifugés et une pince à cornichon grand modèle) suffisent à s'éviter la pénible vérification des capacités urticantes de la charmante bestiole.

Et prochainement, ne ratez pas : Les Dents de la mere, épisode 5 : De pinces et de rostres...

3 commentaires:

Mad a dit…

Magnifique série
Magnifiques photos!
(dommage qu'on ne puisse les agrandir)

J'attends la suite des "séries de l'été".

Belles découvertes!

Lucas a dit…

Ah ben oui tiens, on ne peut pas agrandir les deux dernières. Je ne sais pas du tout pourquoi.
Bizarre.

Flora a dit…

Je la découvre un peu tard, mais j'adore cette série des Dents de la mare.